Comment revenir en soi ? Comment y trouver la sérénité et la sécurité, alors que le mental m’en éloigne sans arrêt ?

Je vais y répondre à vous racontant une histoire, en vous partegeant ma perception… Vous comprendrez à la fin, pourquoi vous n’y arrivez pas et comment y arriver.

À l interieur de toi, vit un enfant et un couple : un homme en une femme, un père et une mère.

Enfant, toutes ces présences étaient naturellement équilibrées, il y avait en toi une mère nourrissiere qui te reconfortait, qui t accueillait dans ses bras, quand tu avais besoin d être apaisée et retrouver la paix. Il y avait aussi un père qui était là pour te protéger, pour te tenir la main pour aller dans le monde, t’y aventurer en sécurité, te dis que tu es capable, que tu vas y arriver.

Tu avancais et vivais en confiance. Tu étais en joie et en sécurité.

Jusqu’à jour où, au bout d’une fois, deux fois, trois fois, 10 fois, milles fois suivant qui tu es, tu en es arrivé à la conclusion que le monde était un danger. Tu as vu un monde où des femmes étaient menacés et des enfants pleurant à leur côté. Tu as vu un monde où elles devaient se défendre, prouver, pour que soit reconnu leur droit d exister et de liberté. Tu as peut être été cet enfant qui n’a plus eu de maman pour la reconforter. Tu as vu un monde où des hommes agressaient les femmes, un monde où des hommes se faisaient la guerre sans regarder les enfants qu’ils tuaient à côté.

Ce monde t’a semble dangereux et à cet extérieur, tes énergies se sont alignés. Tu t’es mise à avoir peur de l’homme à l’extérieur de toi, mais aussi de l’homme en toi. Tu l’as rejeté avec toutes les qualités qu’il avait à t’apporter. Parce qu’il te faisait trop peur, parce que tu te sentais trop menacée, tu as oublié qu’à l’origine, ton masculin en toi était sacré. Et qu’il était là pour assurer ta sécurité.

Ta femme intérieure aussi s’est alignée à cette réalité. Telle une maman lionne qui veut protéger son enfant, elle a pris les armes. Il mis l’enfant meurtri en son centre pour le proteger, et elle est allée “au front”, dans la vie, à sa place, parce qu’elle n’a pas supporté de voir son enfant blessé. Elle a fait comme sa mère avait fait pour ne plus vivre cette réalité.

L’enfant que tu etais, lui, est resté seul. Il a fini par perdre sa confiance et son estime de lui. Il n’ose plus aller vers la vie. Il n’a plus personne pour lui tenir la main et l’aider à oser y aller. Il n’arrive plus non plus à être bien dans son espace interieur car il n’a plus aucune maman qui est là pour l’y réconforter. Il reste recroquevillé dans la peur.

Et à ses côtés désormais, il y a ton homme brisé qui ne croit plus en lui, qui pense qu’il a échoué. Il reste là résigné, sans bougé, il n’est plus que l’ombre de lui même. Il a peur de sa puissance qui peut tuer et mettre ceux qu’il aime en danger, alors qu’il ne veut que les protéger.

Ta femme en sortant de sa grotte, de son royaume, a perdu son sacrée. Elle assurait désormais la vigilance, celle de sentir dans ses cellules quand elle pourrait être menacée, son corps de femme lui avait enseigné.

Et puis un jour, elle a à nouveau fait confiance. Elle a retrouvé sa nature de Femme. Elle a retrouvé la jouissance d’être dans l’accueil, d’être dans sa puissance, d’être cette magicienne qui prend soin des siens. Enfin, elle pouvait poser les armes, faire vibrer son cœur et se sentir en sécurité.

Mais sa confiance à été trahi, son don d’elle même n’a pas été vu dans son sacré, il a été utilisé, dévalorisé, bafoué. Malgré les douleurs, elle avait encore et toujours plus ouvert son cœur, mais tout ça n’avait semble t il pas été reconnu comme ayant de la valeur. Elle s’est senti idiote, faible, nulle. Pourtant sa mère, ses sœurs lui avaient bien dit de se méfier, de ne pas entièrement baisser cette garde qui la protégeait.

D’autres fois, ta femme n’était incapable de faire confiance à un homme, alors elle en a choisi un “docile”, un homme qui accepterait de se faire guider, un homme qui lui même avait peur se sa masculinité. Alors ils ont trouvé leur équilibre, C est elle qui protégerait, guiderait dans la vie toute leur tribu.

Mais la femme en toi s’est épuisée. Une haine à commencé à germer, contre cet homme faible qui l’obligeait à tout porter. Secrètement, elle rêvait d’une homme sur qui elle pourrait compter.

Alors cette femme blessée, meurtrie, a décidé de trouver et de prouver son autonomie. Sa capacité à créer seule, sans avoir besoin d’autres sur lesquelles s’appuyer. Alors là est né l’envie d’avoir son projet. Un projet où elle pourrait enfin être libre d’être qui elle est. Un projet où elle pourra exprimer son entièreté. Un projet qui prouvera sa valeur, où elle pourra donner sans compter, en sécurité. Un projet où les autres verront la valeur de ce qu’elle a à apporter.

Sauf que, la femme en toi, toujours à l’extérieur, a oublié que la seule façon de ressentir sa valeur et la liberté d’exister n’est pas à l’extérieur ni dans un projet. Aucune condition ne peut t’en priver quand C’est en toi ancré.

Ce qu’elle recherche s’est un espace de sécurité où elle pourra enfin vivre sa féminité, sa nature généreuse et fertile, sans se sentir en danger. Elle ne veut plus donner et avoir ce sentiment de ne pas être reconnu ou respecté. Elle sent pourtant sa nature qui l’y pousse, alternant entre la joie d’offrir, le sentiment de se soumettre et le mouvement de se protéger.

On parle beaucoup de guérison de féminin, j ai envie de proposer une autre voix complémentaire à celle là : celle de la reconnaissance du masculin sacré.

De ça aussi, le monde en a besoin. On compare le féminin sacré à un masculin écorché. Les hommes aussi ont eu leurs guerres et n’en sont pas revenus entiers. Certains ont reproduits la violence comme pour s’en libérer. Ils ont rejeté ce féminin qui leur demandait d’aller à l’intérieur car il savait qu’en eux, il y avait trop de douleur. D’autres y sont allés, d’autres s’y sont blottis, et demandent inconsciemment à être protégés, guidés, n’osant plus s’aventurer et prendre leurs responsabilités.

J’invite à une voix intérieure, celle de réhabiliter la noblesse de ce masculin sacré en soi, de se reconnecter à ses connaissances et ses qualités sacrées. Pour s’en enrichir, se compléter, mais aussi parce que c’est ce qui permet au féminin de s’apaiser et de revenir à sa nature sacrée.

Quand la femme en nous sait qu’elle est protégée, qu’elle n’a pas à se défendre ni à s’aventurer. Alors elle peut revenir dans son centre en paix. Elle retrouve sa sécurité. Elle accepte petit à petit de baisser les armes, de retrouver l enfant blessé, de le réconforter, et de s’installer sur son trône de Femme sacrée. Elle peut aller en sécurité recontacter sa nature divine, magique, sacrée. Elle s’est qu’elle ne craint rien, elle retrouve sa vraie puissance.

Alors, à nouveau l’enfant réconforté, entouré de ces 2 énergies équilibré va avoir envie de s’aventurer, de revenir dans le monde. Il va retrouver la joie de créer, d’inventer. Le mouvement de vie, de joie, de rire peut reprendre. Il sait qu’il est protégé, soutenu, entouré.

Ce sont de ces énergies là, apaisées, harmonisées, intégrées, dont tu as besoin pour trouver ta sérénité et donner de la puissance à un projet vraiment ancré.

Peut être ces mots pourront commencer à t’éclairer sur les liens que je fais entre projets, rapport aux hommes, sexualité et Parentalité. A chaque fois pour moi, c’est le même mouvement qui doit être initié. C’est ce mouvement là que j’aime accompagner, ce mouvement qui amène plus de vérité, d’intégrité, de sens et d’authenticité.

Dans tous ces domaines, j ai cherché à contrôler, à créer des conditions extérieures qui créeraient la douceur et la sécurité que je voulais. Aujourd’hui je sais que tout se joue en moi et à ma faculté à revenir en moi, à nourrir ma sécurité.

C’est ici que ma vraie puissance peut d’incarner, s’enraciner… Et se déployer en légèreté, tout en incarnant ma nature de Femme, et mon masculin Sacré

 

.