Il m’aime ! 🤩🥰💘😚🙄🤔😬🤕🤐🥶🤢🥵😤😡👹😭😔😶🥺☺️💞🥰💖

C’est étrange cette sensation que j’ai toujours cherché, vers laquelle j’ai toujours couru comme si elle ne pouvait pas exister.
Comme un mirage qui plus tu t’approches, plus il disparaît. 

Dans mes moments de douleurs amoureuses, je me voyais confrontée à cette croyance : je ne suis pas importante pour l’autre, je ne suis pas vraiment aimée pour qui je suis.
Cette phrase revenait comme une empreinte que je n’arrivais pas à effacer.

Que ma réalité y corresponde ou non, c’est ce que je voyais, entendais.
Et finalement, j’ai plusieurs fois observé que plus j’avais eu peur de perdre l’amour de l’autre, plus je m’étais accrochée.
Comme si c’était ma façon à moi de conjurer le sort, d’essayer d’effacer cette réalité.

Sans cette croyance ancrée, je serai sûrement partie, ou j’aurais laissé l’autre s’en aller.
Mais moi, quand je touchais cette peur fondamentale, je m’accrochais, je perséverais.

C’est aussi à ce moment que mon cœur se fermait.
Je n’en prenais pas tout de suite conscience, mais dans le fond, c’est ce qu’il se passait.
Ma confiance diminuait, mon estime de moi aussi.
Tout me semblait devenir la preuve que je n’étais pas vraiment aimée.
Je me mettais à vouloir contrôler pour me sécuriser, et surtout à vouloir être rassurée.
Sauf que quand tu en es là, rien ne peut te rassurer.

Ça s’est joué plusieurs fois, avec des hommes différents.
Et quand c’est arrivé avec toi, j’ai entendu tellement fort de lâcher, de te laisser aller.
C’était tellement plein d’amour, je sentais que c’était juste et que ça ne m’empêchait pas de t’aimer.
Puis tu es revenu, quand c’était juste pour toi, quand tu l’as désiré.

Je t’ai réouvert mes bras, mais mon cœur est resté en retrait à observer.
J’ai senti, tu as senti, qu’il fallait laisser faire le temps, que cette fois il s’agissait bien de se rencontrer, pas de s’oublier ou de s’illusionner.
Une part de moi est restée à observer, te regardant douter, me regardant me protéger.

Et il y a ce jour où j’ai senti en toi que ça c’était posé. Ton choix était fait.
Alors cette réponse, cette validation que j’avais attendu de l’extérieur, c’était maintenant vers moi qu’elle se tournait.
Et moi où j’en suis ? Qu’est ce que je ressens ? Qu’est ce que je veux vraiment ?

Dans cette sécurité, je me sentais finalement insécurisée.
Et si finalement ça s’arrêtait ?
Et si je faisais confiance et que ce n’était pas vrai ?
Tout mon système d’alarme s’est mis à s’activer !
Et là en moi, je me sentais désemparée devant ce constat de moi à moi : je me sens sécurisée dans l’insécurité, dans le fait d’espérer. Je me sens sécurisée quand ma croyance est perpétuée.

Alors il s’agissait maintenant d’accueillir en moi cette réalité.
L’insécurité dans la stabilité, dans ce qui est installé, apaisé.
Une part de moi avait envie de fuir, de tout changer, de remettre du désordre pour retrouver ma sécurité.

Pendant ce temps là, tu m’as regardé, tu m’as écouté, tu m’as vu rire, crier, pleurer, m’inquiéter.
Tu m’as pris dans les bras autant de fois que je le voulais, que tu le pouvais.
Tu m’as dis qui tu étais toi, sans me promettre de changer.
Tu es resté toi à mes côtés.

J’ai continué à douter, à te regarder de biais.
Et je continuais à me demander :
N’es tu pas en train de jouer ?
Comment savoir si tu es vraiment en train de m’aimer ?
Joues tu avec moi comme un chat avec souris ?
Est ce que sur toi je peux vraiment compter ?

Puis un jour, j’ai vu que c’était dans mon cœur que ça se protégeait, que ça s’était refermé.
Alors que c’était ce dont je t’accusais.
Je te regardais toi, mais j’avais oublié de prendre ma responsabilité de ce qui en moi se jouait.

J’ai pris ma peur dans mes bras. Je l’ai écouté.
Elle m’a dit comme elle avait peur d’être aimée et d’être abandonnée.
Elle m’a dit comme elle avait peur que ça la mette en danger.
Elle m’a dit qu’elle ne pensait pas qu’elle puisse vraiment être aimée.
Elle m’a dit que sa sensibilité ne pouvait pas être aimée comme elle est, qu’elle viendrait toujours déranger, gêner.

Je t’ai partagé ma réalité, les interprétations que je vivais, ma réalité.
On a parlé.
Et j’ai vu tes yeux briller quand tu m’as dit ne pas te sentir vu dans qui tu es, au regard de ce vécu que je te partageais.
J’ai aimé voir s’ouvrir ta vulnérabilité.
J’en ai été profondément touché.
C’est arrivé jusque dans mon cœur.
Ça m’a rendu triste de voir comme je n’ai pas su reconnaître que je pouvais être aimée.

Alors on a tous les 2 regardé cette peur ensemble, et on s’est rappelé comme on s’aimait.
J’aime les mots que tu as prononcé : je t’aime comme tu es.
Je les ai reçu, intégré. Je sens mes cellules qui sont encore en train de les intégrer.

C’est comme si jamais je n’avais vraiment laissé pénétrer ces mots comme une réalité.
Je les avais bien sûr déjà entendu, mais ce n’était jamais allé jusqu’à cet endroit là.
Au delà de mon cœur, je sens que ce sont mes cellules qui sont en train d’intégrer.

Je suis aimée.
Et je sais que ça va bien au delà de toi, de nous, ce que notre échange m’a permis de toucher.
Mon amour, merci infiniment d’être qui tu es ☺️

Hier, un échange m’a permis de retoucher ce que j’avais oubliée.
Je suis soutenue par l’univers.
Ça, je l’avais oublié.
Ma tête le savait, mais mon cœur qui avait été blessé avait voulu s’en couper.

Hier soir, lors d’un coaching, j’ai aussi retouché cette vérité : l’univers est là pour m’aider.
Je crois que derrière tout ça, c’est l’amour que j’ai touché.
M’ouvrir à recevoir, à laisser l’amour me soutenir, m’envelopper.
Je crois que même par l’univers je suis aimée.

Cette semaine aussi, dans un autre échange, on reconnaissait ensemble notre difficulté à nous nous ouvrir vraiment, à nous laisser toucher.
Tout est toujours magnifiquement orchestré 🙏

Même vos mots m’ont touché profondément touché.
Juste quelques instants, j’ai osé m’y ouvrir, y goûter.
J’ai arrêté de me bloquer, de voir des mots virtuels, et des gens par écrans interposés.
J’ai senti tous vos cœurs m’entourer.
J’ai senti tout l’amour nous relier.
J’ai senti comme c’est bon d’être des humains, ensemble et de se tenir la main ✨

J’ai senti comme l’amour est ce qui nous a tous toujours relié 💖

Il y a ces mots qu’il y a quelques mois que j’ai posé, cette intention que j’ai envie de vous partager :
“Je suis reliée à ma source d’amour infinie, et je reçois dans la gratitude tout l’amour dont j’ai besoin.”
Finalement, je réalise comme je vis déjà la seule chose que j’ai toujours voulu vivre : aimer 🙏

Et que tout ça est bien au delà du qui, où, comment et avec qui.
Tout cela, commence d’abord en soi, dans sa propre capacité à accepter d’être aimé 🥰

Un nouveau paradigme se crée.
Je sens comme “je suis” et “aimer” sont fait pour s’assembler.
Et oui, comment être aimé autrement ?
Comment se sentir aimé autrement ?
Dans ce nouveau paradigme, il ne s’agit plus de donner, prouver, convaincre pour être aimé.
Juste être moi suffit pour être aimé.

Je suis aimée.
Et toi aussi tu l’es 💞

D’ailleurs je t’aime 😚
Et même si on ne te l’a pas dit aujourd’hui,
tu es aimé 🌍🙏💫💗

Liz Perret

Facilitatrice de Reconnexion à Soi

Entrepreneuriat - Maternité - Féminité - Intuition 

 

Liz Perret

Facilitatrice de Reconnexion à Soi

Entrepreneuriat - Maternité - Féminité - Intuition