À toi aussi ma fille, je te rends ta responsabilité. Ça semble celle qui était la plus dure à lâcher.

J ai fais ce travail pour chaque homme que j’ai aimé : leur rendre ce qui leur appartenait.

Ça m’a parfois pris plusieurs années.

Mais elle restait encore avec toi, vous, et ça ne se faisait pas en facilité.

Comment te rendre ta responsabilité, quand je suis sans arrêt prise dans ma culpabilité ?

Je suis cette maman qui a beaucoup donné, qui a beaucoup accepté.

Une maman qui a tout autant osé suivre ses aspirations, ses croyances, ses rêves, ses convictions.

En me l’offrant, je vous ai à vous aussi permis de les expérimenter.

Puis petit à petit, vous grandissiez, et j’apprenais à les lâcher, à les conjuguer, à les transformer pour vous y laisser y mettre votre touche à vous, votre personnalité.

Parfois, souvent, j’avais l impression de me perdre dans vos souhaits que je voulais combler.

J’avais ce sentiment de me mettre constamment de côté, de me faire passer après.

Puis tu as grandi, encore, et tu t’es mise à tout rejeter, tout ce que j’étais, tout ce que j’avais partagé.

Alors est venu le temps de lâcher, encore, d’arrêter de vouloir convaincre ou d’espérer.

Tu as ta propre vie à expérimenter, tes propres apprentissages et leçons à tirer.

J ai toujours trop voulu te protéger, et aujourd’hui contre ça tu te dresses.

Tu veux vivre la vie, ta vie, même ses dangers.

J’ai plusieurs fois lâché, et aujourd’hui encore je le fais.

J accepte ton chemin, celui que tu décides de traverser. Tout va bien, je le sais.

La sauveuse en moi continue de se diminuer.

L amoureuse lui avait dit aurevoir. Aujourd’hui c est la maman qui progressivement s’en déleste.

À toi, comme à eux, je vous rends votre responsabilité.

Pour toi, c’était plus dur, sûrement parce qu’en toi, je me suis trop souvent projetée.

Je voulais le meilleur pour toi, tout te donner, te protéger, pour éviter de répéter.

J accepte qu’on s’est chacune choisi, pour ce qu’on peut s’apporter, se refléter.

J’accepte de te rendre ton image, d’arrêter d’en toi me regarder.

Je te rends chaque part de toi qui t’appartient et dont j’avais pris la responsabilité.

Je te rends tout ton pouvoir, en entier, parce que cette protection, tu ne l’as pas désiré.

Il y a des choses que seule une fille peut renvoyer.

Et grâce à toi, c’est aussi de la fille en moi que j’ai su me rapprocher.

J ai accepté de toucher sa vulnérabilité et de me laisser choyer, protéger, envelopper par cette énergie de mère qui moi aussi m’avait effrayé.

En te redonnant ta responsabilité, ce sont des parts de moi que je récupère : celles que je t’avais inconsciemment demandé de réparer, de guérir ou de porter.

En te rendant ta responsabilité, en vous la rendant, je reprends pleinement la responsabilité de la mienne.

Merci de me rendre ce qui m’appartient, de me permettre mon entièreté, mon intégrité, ma dignité.

Je t aime et merci pour tout ça.

Merci d être toi, pleinement toi ❤️

Liz Perret

 

.

Cliquez ici