Trop souvent, je me centre sur ce que je veux, sur comment je le vois, sur le chemin que j’imagine pour y arriver.

Puis quand je vais jusqu’au bout de ça, quand je n’obtiens pas ce que j’avais projeté, je finis par me résigner, par abandonner.

Je lâche prise, j’accepte de ne plus rien attendre, ni projeter. Je me dis que peu importe ce qu’il y aura ou pas, je dépose toute volonté sur ma réalité.

Étonnement, je découvre que c’est juste à ce moment là, que quelque chose de nouveau se crée.

Tout cela je l’avais déjà appris, même expérimenté.

J’observe désormais comme cela commence en moi à s’ancrer comme une vérité.

Pourtant, cette vérité là, trop souvent, elle me déplaît et j ai du mal à l’accepter.

Pourquoi faudrait-il que je sois prête à lâcher ce que j’avais tellement désiré ?

Pourquoi faudrait-il ne plus le vouloir, pour réussir à changer sa réalité ?

Qu’est ce que lâcher vient m’apprendre à mieux regarder ?

J apprends que derrière chacune de mes envies, désirs, souhaits, projets, se cache un besoin à combler.

Alors désormais, avant de projeter toute réalité, je prends un pas de recul pour mieux m’observer.

Qu’est-ce que je veux vraiment ? Qu’est-ce que j ai vraiment envie de créer ?

Derrière mon souhait, quel véritable besoin je souhaite profondément combler ?

Puisque que je ne peux maîtriser la forme ni le chemin, je peux apprendre à plus justement cibler ce vers quoi j’avais rêvé.

Alors quand je fais ce pas en arrière, plus loin de mes idées, et à la fois plus proche de moi, mon positionnement se transforme, et ma réalité prend une nouvelle tonalité.

Sans doute est-ce à cela, que je dois me rappeler d’être alignée?

Oublier tout ce que je sais, comment je l’avais imaginé, continuer à y croire, encore, et m’étonner de voir comment mes besoins seront naturellement choyés.

 

Liz Perret

 

.

Cliquez ici