T’es tu déjà dis que tu avais du mal à prendre ta place dans ton activité, tes relations, dans ta vie ?

J’ai envie de te partager ma vision sur ça : comment prendre sa place quand une part de nous vient systématiquement nous limiter ?

Il arrive souvent qu’on arrive à cette pensée, car à l’extérieur, on se confronte à des situations où l’autre envahit notre espace.
Alors on se demande comme mieux se positionner, comment poser des limites claires à l’extérieur de soi.

En tant qu’ex grande handicapée à poser sa limite 😅, je vais te partager ma réflexion. Car je testé pleins de façons… Qui ont à chaque fois échouées 😑

J’avais bien entendu dire que ça commençait d’abord par la certitude en soi (on m’avait dit pareil pour la fin d allaitement 🤔). Mais je ne voyais pas vraiment où aller plus profondément la chercher !

Je savais bien que j’en avais marre de cette situation là, alors comment en venir à bout ??! J’ai testé différentes choses, qu’elles soient matérielles, relationnelles ou énergétiques, mais rien n’y faisait.

Ce que je voulais, c’était délimiter mon cercle à moi, ne plus me faire envahir par les autres, leurs attentes, leurs besoins, leurs jugements, leurs agressions… Je me sentais oppressée, et même quand ils ne demandaient rien, c’est contre moi que je luttais !!

Je me débattais contre mon élan naturel à percevoir le besoin chez l autre, et à vouloir y répondre, pour que lui soit bien . Cet élan finissait par devenir une auto-oppression. Alors je mettait inconsciemment de la distance entre l’autre et moi, pour me protéger de ça.

Aujourd’hui, j’ai enfin compris ce que ça veut dire : “prendre sa place, c est avant tout à l intérieur de soi.”

Alors, comment on fait ça ??!! 😳😩😩

Ce qui a provoqué un changement en moi, c’est cette sensation de m’installer en moi, en mon centre.

C’est oser regarder, dire et suivre mes désirs.
C est les proposer, et ne plus simplement les rêver en attendant que quelqu’un d’extérieur viennent les autoriser.

C’est reconnaître ma capacité à les réaliser et à répondre de façon alignée à ce qui me sera proposé. C’est sentir en moi que je ne risque rien, que quoiqu’il arrive, avec moi, je suis en sécurité 💗

Ce qui a aussi provoqué un changement, c’est comprendre la méga grande peur qui m’avait empêché de prendre ma place !

J’ai découvert que dessous se cachait la peur qu’en me positionnant je prenne la place de l autre.

Je m’excusais intérieurement de cet âme de leader, qui guide, drive, sens, sait.

Je voulais me faire plus petite, et je culpabilisais que dès que je commence à m’exprimer sans limitation, je me retrouvais vite en positionner de leader.

J’avais ce regard sur moi que cette partie était mauvaise, qu’elle écrasait les autres, qu’elle les empêchait de s’exprimer, d’exister.

Alors j’essayais de rétrécir ce flux et cette expression de moi, mais à chaque fois ça débordait ! Et à chaque fois, je culpabilisais.

Je me sentais dure et mauvaise dès que cette part s’exprimait. Pourtant voici les mots qui m’étaient renvoyer : douce, positive, bienveillante, je sens que c’est mon intérêt que tu sers…

À chaque fois, je m’étonnais et malgré les retours, je n’arrivais pas à ancrer en moi que cette part là je pouvais aussi la trouver belle et la regarder avec fierté.

Aujourd’hui, j’ai la sensation d’intégrer la beauté de cette partie là aussi, progressivement, en osant la vivre à découvert et la montrer.

Dans ma vie pro, comme dans ma vie privée, j’ose regarder que je sais ce que je veux, et où je vais.

Je n’en n’avais pas conscience, mais cette partie je m’en coupais car ce que je voulais avant tout, c’était cocréer. J’étais prête à restée bloquée plutôt que d’influencer.

Comme si être incertaine, pas sûre, était ma protection à cette peur de manipuler.

Laisser à l’autre sa liberté a toujours été une grande valeur pour moi, mais ma facilité à convaincre et à faire venir l’autre dans mon monde m’a aussi beaucoup effrayé.

Ça, ça m’empêchait de prendre ma place.
J’ai fais ça dans mon boulot, avec mes enfants, dans mon couple.

Pensant laisser à l’autre sa liberté, sans m’en rendre compte, je me désinvestissais.

Ce que je fuyais, c’était cette sensation de leader que je jugeais. C’était cette peur d’influence alors que je ne rêve que de libertés partagées.

Mais à trop vouloir collaborer et laisser de la place pour l’autre, je m’effaçais… Alors à l’intérieur je bouillais !!

Un jour, j’ai traversé ma peur de prendre toute la place, ma peur d’écraser l’autre.
Et sais tu ce que cette nouvelle expérimentation m’a montré ??!

Que quand je prends ma place, l’autre me remercie de l’avoir inspiré, d’être vraiment là, avec elle, avec lui, ou d’amener ma couleur dans le groupe.

Cela m’a permis de voir à quoi elle ressemble ma vision à moi quand j’ose la manifester.
Je me suis rendue compte que prendre ma place, c’est écouter ce que je ressens, et proposer.

Que c’est aussi reconnaître à l’autre la liberté d’accepter, de refuser, de faire sa propre proposition.

Peut être qu’une part de moi n’avait pas encore reconnu chez l’autre sa propre capacité a créer, à leader, a accepter comme refuser.

Une part de moi continuait à porter la responsabilité.

Désormais, je propose mon envie, ma vision en entier, sans restriction. Je n’ai pas à me limiter de peur d’écraser. Car je suis forte comme l’autre l’est.

Prendre sa place, c’est se redresser à l’intérieur de soi. C’est regarder sa puissance et sa grandeur. C’est de reconnaître et se déployer.

Je réalise que je peux dire à l’autre ce que je veux, sans peur de l Influencer. Parce que quand je me redresse et que j ose me dire, je l invite lui aussi à se relever.

À partir de là, on peut vraiment commencer à jouer et cocréer.

Même mon corps n’osait pas se redresser.
Désormais, j’y pose mon attention et j’observe que quand je me tiens droite, c’est aussi ma dignité et ma conscience de moi qui est reconstituée.

La croyance sous tout ça, c’est que c’est toujours l’un ou l autre, qu’il y en a toujours un qui gagne et un qui perd, un plus fort et un moins fort, et que la cocréation n’existe pas.

Oser partager sa vision, impacter le monde, c est aussi transformer ça. C’est aller regarder les espaces en soi qui nourrissent encore ce jeu là ✨

À travers nous, traçons ce chemin que l’on veut voir se manifester dans le monde 🙏

Alors, le temps d’un instant, je me pose et ressens cette paix de me sentir à ma place.
Je n’ai plus rien à prendre. J’y suis 🌸✨🌍

 

.

Cliquez ici